INfos mazout et indices des prix

infos mazout du 20 septembre 2019

Les prix du baril de brut ont terminé en légère hausse jeudi, soutenus par les doutes sur la capacité de l'Arabie saoudite à restaurer rapidement les infrastructures pétrolière récemment attaquées.
A Londres, le baril de Brent s'est apprécié de 80 cents, ou 1,26%, pour finir à 64,40 dollars.
Premier exportateur de pétrole au monde, l'Arabie saoudite a été frappée le week-end dernier par des attaques contre l'usine d'Abqaiq, la plus grande au monde pour le traitement de pétrole, et le champ pétrolier de Khurais.Les acteurs du marché craignent que les réparations prennent plus longtemps que quelques semaines, le délai qu'Aramco a fixé pour rassurer les marchés.La compagnie publique saoudienne a en effet affirmé mardi que la production du pays, réduite de moitié juste après les attaques, serait entièrement rétablie fin septembre.Ces déclarations avaient permis au prix de l'or noir de reculer mardi et mercredi après avoir flambé lundi.
Déjà en hausse en début de journée, les cours ont accéléré leurs gains jeudi après des informations de presse selon lesquelles l'Arabie saoudite et sa compagnie Aramco avaient contacté la compagnie pétrolière d'état iranienne pour leur demander près de 20 millions de barils de pétrole brut.L'idée que Ryad cherche à acquérir de l'or noir à l'étranger laisse planer le doute sur les capacités de relance réelle des Saoudiens.En attendant la restauration des infrastructures, l'Arabie saoudite va devoir se reposer sur ses stocks , ce qui laisse les marchés vulnérables à toute autre perturbation.
Depuis Bruxelles, le ministre russe de l'Energie a réaffirmé que Moscou continuerait à respecter l'accord OPEP+, par lequel plusieurs grands producteurs de brut se sont engagés à limiter leur production.
Les investisseurs surveillaient également de près la possibilité d'une escalade des tensions entre Washington et Téhéran.
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, en tournée dans le Golfe, a assuré jeudi à Abou Dhabi que les États-Unis privilégiaient une "solution pacifique" avec l'Iran, qu'il accuse d'être à l'origine de la récente attaque contre des installations pétrolières en Arabie saoudite.

infos mazout du 20 septembre 2019

Les prix du baril de brut ont terminé en légère hausse jeudi, soutenus par les doutes sur la capacité de l'Arabie saoudite à restaurer rapidement les infrastructures pétrolière récemment attaquées.
A Londres, le baril de Brent s'est apprécié de 80 cents, ou 1,26%, pour finir à 64,40 dollars.
Premier exportateur de pétrole au monde, l'Arabie saoudite a été frappée le week-end dernier par des attaques contre l'usine d'Abqaiq, la plus grande au monde pour le traitement de pétrole, et le champ pétrolier de Khurais.Les acteurs du marché craignent que les réparations prennent plus longtemps que quelques semaines, le délai qu'Aramco a fixé pour rassurer les marchés.La compagnie publique saoudienne a en effet affirmé mardi que la production du pays, réduite de moitié juste après les attaques, serait entièrement rétablie fin septembre.Ces déclarations avaient permis au prix de l'or noir de reculer mardi et mercredi après avoir flambé lundi.
Déjà en hausse en début de journée, les cours ont accéléré leurs gains jeudi après des informations de presse selon lesquelles l'Arabie saoudite et sa compagnie Aramco avaient contacté la compagnie pétrolière d'état iranienne pour leur demander près de 20 millions de barils de pétrole brut.L'idée que Ryad cherche à acquérir de l'or noir à l'étranger laisse planer le doute sur les capacités de relance réelle des Saoudiens.En attendant la restauration des infrastructures, l'Arabie saoudite va devoir se reposer sur ses stocks , ce qui laisse les marchés vulnérables à toute autre perturbation.
Depuis Bruxelles, le ministre russe de l'Energie a réaffirmé que Moscou continuerait à respecter l'accord OPEP+, par lequel plusieurs grands producteurs de brut se sont engagés à limiter leur production.
Les investisseurs surveillaient également de près la possibilité d'une escalade des tensions entre Washington et Téhéran.
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, en tournée dans le Golfe, a assuré jeudi à Abou Dhabi que les États-Unis privilégiaient une "solution pacifique" avec l'Iran, qu'il accuse d'être à l'origine de la récente attaque contre des installations pétrolières en Arabie saoudite.

infos mazout du 19 septembre 2019

Les prix du pétrole ont terminé en baisse mercredi alors que l'Arabie saoudite a assuré d'un retour à la normale imminent de sa production suite à des attaques contre des installations pétrolières et que s'éloignait le risque d'une crise militaire.
Ces attaques contre des infrastructures majeures, qui ont privé le royaume de la moitié de sa production, soit plus de 5% de la production mondiale, avaient fait bondir les prix lundi.Mais les cours sont beaucoup redescendus mardi après des affirmations de Ryad selon lesquelles la production serait rétablie fin septembre.
En particulier, le fait que Donald Trump annonce un durcissement des sanctions contre l'Iran fait penser aux investisseurs qu'une escalade militaire est pour l'instant écartée.Le président américain a en effet annoncé mercredi un durcissement "substantiel" des sanctions contre l'Iran, Washington imputant à Téhéran l'origine des attaques.Tout en assurant dès dimanche être "prêt à riposter" et disposer de nombreuses "options", Donald Trump s'est montré moins catégorique que ses propres ministres ces derniers jours sur la responsabilité de l'Iran dans les attaques de samedi.
Les cours du pétrole ont aussi été lestés par l'annonce d'une légère augmentation des stocks de pétrole brut aux États-Unis la semaine dernière après quatre semaines de baisse.Selon l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), ils ont augmenté de 1,1 million de barils pour s'établir à 417,1 millions, là où les analystes anticipaient une baisse.La cadence des raffineries a énormément baissé" puisqu'elles ont fonctionné à 91,2% de leurs capacités contre 95,1% la semaine précédente.

infos mazout du 18 septembre 2019

Le prix du brut new-yorkais, qui avait flambé lundi après les attaques contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite, s'est nettement replié mardi suite aux affirmations de Ryad que la production serait rétablie fin septembre.
Le baril de Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. pour livraison en novembre, coté à Londres, a baissé de 4,47 dollars, ou 6,5%, à 64,55 dollars.
Les cours de l'or noir s'étaient enflammés la veille alors que des attaques visant l'usine d'Abqaiq, la plus grande pour le traitement de pétrole au monde, et le champ pétrolier de Khurais, avaient réduit de moitié la production d'or noir d'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de brut.
Mais les prix de l'or noir ont soudainement chuté mardi après des informations de presse indiquant que la production saoudienne pourrait être rétablie d'ici deux à trois semaines.Le ministre saoudien de l'Energie a confirmé par la suite que la production pétrolière de son pays serait rétablie fin septembre.Le ministre a également affirmé, lors d'une conférence presse, que l'approvisionnement en pétrole de l'Arabie saoudite avait retrouvé son niveau initial. En gros, les Saoudiens sont en train de dire qu'ils vont continuer à fournir le même volume de pétrole qu'auparavant, qu'il s'agisse de leur production ou de leurs réserves.Le président américain Donald Trump a pour sa part répété mardi qu'il était disposé, au besoin, à recourir aux réserves stratégiques des États-Unis, pays produisant le plus de brut au monde.

infos mazout du 17 septembre 2019

De Moscou à Washington, les autorités ont tenté de rassurer les marchés lundi en affirmant que les attaques contre des installations pétrolières saoudiennes n'allaient pas conduire à une pénurie d'or noir dans le monde mais n'ont pu empêcher une flambée des cours.
Le baril de référence sur le marché mondial,Le Brent,bondissait vers 17H45 GMT de 15,2% à 69,37 dollars. Il s'est temporairement envolé de près de 20% à l'ouverture, le plus fort mouvement en cours de séance depuis 1991 et la guerre du Golfe.
Cette hausse soudaine est la conséquence directe de deux attaques d'envergure menées contre l'usine d'Abqaiq, la plus grande pour le traitement de pétrole au monde, et sur le champ pétrolier de Khurais. Elles ont entraîné une chute de moitié de la production saoudienne, à hauteur de 5,7 millions de barils par jour, soit environ 6% de l'approvisionnement mondial.Outre la brutale réduction de l'approvisionnement du monde en or noir, ces attaques ont réveillé la crainte d'une escalade militaire entre Washington et Téhéran.
Le ministre américain de l'Energie, Rick Perry a bien tenté de freiner la flambée des prix du pétrole lundi en mettant en avant la "quantité substantielle de pétrole disponible". "Oui, il va y avoir des perturbations pendant un certain temps. Oui, il va y avoir une flambée (des prix), mais pas de l'ampleur dévastatrice que cela aurait eu il y a encore cinq ans", a assuré le responsable américain interrogé depuis Vienne, par la chaîne CNBC.
Il y a "plein de pétrole!", avait déjà tweeté la veille le président américain Donald Trump."Pour le moment, les marchés sont bien approvisionnés avec de nombreuses réserves commerciales", a aussi affirmé lundi matin l'Agence internationale de l'énergie (AIE).
Grâce aux réserves mondiales, "il n'y a pas besoin de prendre en urgence des mesures supplémentaires", a également déclaré le ministre de l'Energie russe Alexandre Novak qui devait s'entretenir avec son homologue saoudien dans la journée.Le royaume saoudien a déjà promis de mobiliser ses vastes réserves pour amortir le choc.

Ces indications, sans engagement, reposent sur le prix indicatif du jour pour une livraison franco citerne de 4'000 litres de mazout extra-léger, TVA, taxe Co2 et RPLP incluses.
Source : Office fédéral de la statistique
Calculation : Union Pétrolière, Centre Information Mazout, 1008 Prilly

Mazout : consommation annuelle 3001-6000l
Gaz : type de consommation II pour maison individuelle
Electricité : type de consommation V pour maison individuelle
Pellets : prix pour 6000 kg