INfos mazout et indices des prix

infos mazout du 19 juillet 2019

Les prix du pétrole ont reculé pour la sixième séance de suite jeudi, réagissant à la crainte d'une offre excédentaire et aux tensions commerciales persistantes entre les Etats-Unis et la Chine.
Le baril de Brent, pour livraison en septembre, s'est établi à 61,93 dollars à Londres, en baisse de 2,72% par rapport à la clôture de mercredi.
Le production de pétrole continue de progresser en dehors des États-Unis et les réserves américaines de produits raffinés sont également en hausse.
Depuis plusieurs mois, les prix du pétrole pâtissent de la hausse de la production américaine à des niveaux record au moment où s'intensifie la crainte d'un ralentissement de la croissance mondiale, et donc de la demande mondiale d'or noir.
Sur le front commercial sino-américain, le climat demeurait pesant alors que des informations de presse ont fait état d'un nouveau blocage des négociations entre Pékin et Washington. Les États-Unis attendent de la Chine qu'elle revienne à ses engagements pris en mai avant qu'elle ne fasse volte-face et embrase le conflit commercial entre les deux pays, a indiqué le secrétaire américain au Commerce.
Les prix pétroliers ont par ailleurs brièvement sursauté en cours de séance après que l'Iran a annoncé détenir "un tanker étranger" et son équipage soupçonnés de se livrer à de la "contrebande" de carburant dans le Golfe, avant de repartir à la baisse.

infos mazout du 18 juillet 2019

Les stocks de pétrole brut ont reculé conformément aux attentes la semaine dernière aux Etats-Unis, baissant pour la cinquième semaine de suite, tandis que les stocks d'essence et d'autres produits raffinés ont progressé, selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).
Lors de la semaine achevée le 12 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 3,1 millions de barils pour s'établir à 455,9 millions.
En pleine saison des grands déplacements en voiture pour les vacances d'été, les stocks d'essence ont dans le même temps augmenté de 3,6 millions de barils, alors que les analystes anticipaient une baisse de 2,4 millions de barils.
Les réserves d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont avancé quant à eux de 5,7 millions de barils, là où les analystes prévoyaient une progression de seulement 1 million de barils.
Les prix du pétrole ont baissé pour la troisième journée de suite mercredi, lestés par l'annonce d'une hausse surprise des réserves d'essence aux Etats-Unis.
Ces hausses signalent un ralentissement de la demande de ces produits aux États-Unis, premier consommateur d'or noir.On approche ou on est déjà au pic de la saison des grands déplacements en voiture. Aussi n'est-il pas étonnant de voir la demande commencer à se tasser.

infos mazout du 17 juillet 2019

Les prix du pétrole ont terminé en forte baisse mardi, reculant après des signaux d'apaisement entre les Etats-Unis et l'Iran.
Le baril de Brent a fini à 64,35 dollars à Londres, en baisse de 3,2% par rapport à la clôture de lundi.
Donald Trump a assuré mardi depuis la Maison Blanche qu'il ne poussait pas à un "changement de régime" en Iran, dont Washington ne cesse pourtant de dénoncer l'influence "déstabilisatrice" au Moyen-Orient.
Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a pour sa part affirmé que son pays serait ouvert à des négociations si les États-Unis acceptaient de lever les sanctions économiques.
Les tensions entre Washington et Téhéran, qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1980, sont particulièrement vives ces derniers temps à la suite d'une série d'incidents dans le Golfe, puis de la destruction en juin d'un drone américain par un missile iranien.Elles ont largement participé à la récente montée des cours de l'or noir. Mais l'espoir d'une baisse des tensions entre les deux pays entraîne les prix vers le bas.
Par ailleurs, la relance progressive de la production de pétrole sur les plateformes en mer dans le Golfe du Mexique et dans les raffineries le long des côtes après le passage de la tempête tropicale Barry en fin de semaine dernière a continué à peser sur les prix. Selon le dernier décompte de l'agence américaine BSEE, environ 58% de la production de pétrole dans le Golfe du Mexique étaient encore en suspens mardi.

infos mazout du 16 juillet 2019

Les prix du pétrole ont terminé en baisse lundi alors que la tempête tropicale Barry s'éloignait, sans avoir fait trop de dégâts, du Golfe du Mexique et de ses côtes, importante zone pour l'or noir américain.
Les opérations de production de brut et de raffinage sont déjà en train de reprendre après le passage de la tempête tropicale. De nombreuses plateformes en mer avaient suspendu leur activité à l'approche de cette intempérie, alimentant grandement la montée des cours en fin de semaine dernière.Par prévention, des plateformes représentant jusqu'à 73% de la production dans le Golfe du Mexique avaient été évacuées.Mais après avoir largement épargné la ville très exposée de La Nouvelle-Orléans et les raffineries situées le long des côtes, la tempête montait lundi plus vers le nord du pays. Et les compagnies commençaient à réacheminer leurs employés vers les plateformes évacuées.
Très attendus, des indicateurs sur l'économie de la Chine, premier importateur de matières premières au monde, se sont montrés mitigés.La croissance chinoise s'est essoufflée sur un an au deuxième trimestre (+6,2%), signant sa plus faible performance depuis au moins 27 ans.Les chiffres des ventes de détail (+9,8% contre +8,6% en mai) et de la production industrielle (+6,3% contre +5% en mai) ont cependant dépassé les attentes.

infos mazout du 16 juillet 2019

Les prix du pétrole ont terminé en baisse lundi alors que la tempête tropicale Barry s'éloignait, sans avoir fait trop de dégâts, du Golfe du Mexique et de ses côtes, importante zone pour l'or noir américain.
Les opérations de production de brut et de raffinage sont déjà en train de reprendre après le passage de la tempête tropicale. De nombreuses plateformes en mer avaient suspendu leur activité à l'approche de cette intempérie, alimentant grandement la montée des cours en fin de semaine dernière.Par prévention, des plateformes représentant jusqu'à 73% de la production dans le Golfe du Mexique avaient été évacuées.Mais après avoir largement épargné la ville très exposée de La Nouvelle-Orléans et les raffineries situées le long des côtes, la tempête montait lundi plus vers le nord du pays. Et les compagnies commençaient à réacheminer leurs employés vers les plateformes évacuées.
Très attendus, des indicateurs sur l'économie de la Chine, premier importateur de matières premières au monde, se sont montrés mitigés.La croissance chinoise s'est essoufflée sur un an au deuxième trimestre (+6,2%), signant sa plus faible performance depuis au moins 27 ans.Les chiffres des ventes de détail (+9,8% contre +8,6% en mai) et de la production industrielle (+6,3% contre +5% en mai) ont cependant dépassé les attentes.

Ces indications, sans engagement, reposent sur le prix indicatif du jour pour une livraison franco citerne de 4'000 litres de mazout extra-léger, TVA, taxe Co2 et RPLP incluses.
Source : Office fédéral de la statistique
Calculation : Union Pétrolière, Centre Information Mazout, 1008 Prilly

Mazout : consommation annuelle 3001-6000l
Gaz : type de consommation II pour maison individuelle
Electricité : type de consommation V pour maison individuelle
Pellets : prix pour 6000 kg